Eug0110

Le Marathon du Mont Saint-Michel

Enfin sous les 4h !!!

À propos de l'auteur

Runneuse complètement addict, marathonienne... et maman hyperactive (à plein temps) de 4 enfants !!!...

 

 PORTRAIT DE LA SEMAINE

Eug0110.jpg

Mon portrait

Bonne marcheuse et sportive plus ou moins régulière (natation plusieurs fois par mois) par manque de temps, avec 4 enfants en bas âge, ...
Lire la suite...

Eug0110

Message @Eug0110
Le Marathon du Mont Saint-Michel - Mon Compte-Rendu du running

LE MARATHON DU MONT SAINT-MICHEL

L'inscription 

Fin novembre, j'ai vu un lien sur Facebook sur la page du Marathon du Mont St Michel. 
cliqué dessus et fut tout de suite séduite par ce marathon et son parcours.
Certes, c'était 7 semaines après le MDP, mais l'envie de m'inscrire était trop forte. Au pire, je le ferai à la cool en mode SL (d'ailleurs, à l'époque, c'était réellement comme ça que je comptais le courir).
2 ou 3 jours de réflexion et je validais mon inscription, et dans la foulée, je réservais mon hôtel (un peu trop rapidement d'ailleurs, mais j'y reviendrai plus tard).


La prépa 

Le marathon ayant lieu 7 semaines après Paris, elle serait forcément réduite, surtout sachant  qu'il fallait compter sur la récup du MDP et sur une dernière semaine très allégée pour faire du jus.
Donc après une semaine très cool après le MDP, j'ai repris tranquillement juste en endurance pendant mes 2 semaines de vacances en ré augmentant progressivement le kilométrage. Puis, pour les 4 semaines restantes, j'ai décidé de reprendre les 4 dernières semaines de mon plan d'entraînement du MDP alternant séances fractionnées et sorties très longues.

J-1 

Samedi matin, mon sac bouclé (non sans mal même en limitant au maximum ce qu'il y a dedans - oui, on m'appelle Mme Bagages) départ matinal de Montparnasse pour St Malo.



À peine assise dans le TGV, la fille qui s'installe à côté de moi, voyant mon Running Attitude posé sur la tablette, me demande si je pars faire le marathon. Elle aussi !!!
Génial, le voyage commence trop bien.
Au fil de la conversation, je me rend compte qu'elle est encore plus addict que moi (mais si, c'est possible) et qu'elle a un très gros niveau (marathon du Mont-Blanc, UTMB et autres ultras ... Et de nombreux marathons à son actif).
Le voyage passe donc super vite et nous nous rendons ensemble au village pour le retrait des dossards.

 

Une fois fait, je m'attaque au problème qui me préoccupe le plus dans mon WE de marathonienne : rejoindre mon hôtel !!!
Comme je l'évoquait plus haut, je l'ai réservé à la hâte. En voulant bénéficier de l'offre Ibis Sport, déjà utilisée pour d'autres courses, sans faire attention à sa situation et me suis rendu compte peu de temps avant qu'il était à 4,5km du centre de St Malo et surtout du village et du départ des navettes pour Cancale le matin du marathon (navettes partant à 6h30).
Je fini par trouver 1 bus qui m'y conduit mais en effet, c'est le bout du monde donc demain matin, ça sera taxi pour éviter tout stress (parce qu'évidemment les bus ne commencent que vers 9h le dimanche).
Notes pour moi même : 
- la prochaine fois que je réserve un hôtel pour une course, vérifier son adresse 
- acheter un sac à dos ou à roulette pour mettre mes affaires et éviter de ma casser les épaules la veille d'une course

JOUR J : La course

Réveil ultra matinal (4h30) pour avoir le temps d'avaler un P'tit Dej dans ma chambre et me préparer, pour récupérer mon taxi à 5h45
J'ai un peu mal aux épaules à cause de mon sac de voyage mais tant pis, je ferai avec. De toutes façons, c'est avec mes jambes que je cours.
Le trajet se fait assez rapidement jusqu'au départ des navettes et j'arrive donc assez en avance, ce qui me permet d'aller admirer le lever de soleil sur la plage de Saint-Malo



Le temps est magnifique ce qui est un très bon présage pour la course. Par contre, il fait froid !!!
Je prends ma navette jusqu'au port de Cancale où c'est déjà l'effervescence. Je retrouve Katia, la fille rencontrée dans le TGV.
Après dépôt des sacs aux consignes et passages aux toilettes, on se dirige vers la ligne de départ. Ici pas de sas fermé comme à Paris. On se place comme on veut tout en se rapprochant le plus possible du meneur d'allure du chrono souhaité (même si on je compte pas lui coller le train ensuite).




Le départ est donné. Comme on m'avait prévenu, ça freine beaucoup sur les 2 premiers kms  car la route est très étroite et il y a une montée. Même en me situant entre les meneurs d'allure à 3h30 et 3h45 ça n'avance pas et mon allure est proche de 6 au kilo.
J'ai beau me dire que sur 1 marathon ça se rattrape facilement, je commets l'erreur, dès que ça se décoince enfin, de prendre de la vitesse ... Beaucoup trop de vitesse !!!
Ma montre indique 5 au kilo, voire parfois moins !!! C'est vraiment n'importe quoi de ma part sur 1 marathon surtout ayant bien travaillé mon allure lors de ma prépa entre 5,25 et 5,30. Mais je me sens bien, j'ai de bonnes sensations et n'ai pas du tout l'impression de forcer. Je me dis que je pourrai réduire la cadence plus tard tout en restant dans mon objectif.
Pour l'instant, je profite du paysage en voyant les panneaux kilométriques défiler sur le côté. 
Comme prévu, il est magnifique, surtout avec le beau temps que nous avons la chance d'avoir !!! D'un côté la campagne bretonne avec même, à moment donné, des chevaux et des poneys qui courent dans un champs en même temps que nous, et de l'autre la mer, avec au loin, en tout petit, le Mont St Michel qui se profile. Il est si minuscule vu d'ici que ça me rappelle mon enfance, lorsque je pensais, avec les effets de perspectives, que je pouvais tenir quelque chose d'immense entre le pouce et l'index.
Dans mes oreilles (sur ma très rock playlist) "Born to Be Wild" de Steppenwolf. Je ne chevauche pas de Harley mais quel immense sensation de liberté : courir sous le ciel bleu à travers ce paysage magnifique avec juste un vent léger qui me caresse le visage et des sensations fantastiques.
Comment ne pas trouver des images positives pour entretenir le mental à travers de si beaux paysages. La Bretagne qui a bercé toute mon enfance et où je n'étais pas revenue depuis plus de 10 ans.
Quel plaisir aussi de courir un marathon à taille humaine où l'on peut avancer facilement sans avoir à zigzaguer entre les nombreux concurrents, car à part le démarrage un peu compliqué, le peloton s'est très vite dispersé.
Les kms défilent donc, et à chaque temps intermédiaires, je suis bien en avance sur mon objectif : 53'46" au 10km et 1h54'40" au Semi même si à partir de là, je commence à payer mon empressement du début de course. Certes, je me sens toujours bien mais n'arrive plus à suivre mon rythme infernal. Dans un premier temps, j'arrive à maintenir le cap en revenant à l'allure que je m'étais fixé au départ, entre 5,25 et 5,30 au kilo, ce qui me permet de passe le 30ème kilomètre dans mon objectif initial à 2h45'18".
Ah le 30ème kilomètre, celui qui fait peur à tous les marathoniens (ou presque) !!! Mais cette fois-ci, je ne me laisserai pas avoir par ce foutu mur !!! Je l'ai passé sans problème en SL donc je ne le prendrai pas sur le marathon. C'est rien qu'un truc psycho pour nous faire flipper, ça !!!
Je commence à avoir les jambes un peu lourdes d'avoir trop forcer mais je m'accroche. Certes mon allure s'est bien réduite et je suis plus proche des 5,50 au kilo mais je ne me laisse pas abattre et remet la gouache dès que ça descend trop bas. Heureusement, l'avance que j'ai pris au départ, peut me permettre d'assurer encore le sub 4 h même si j'ai perdu en intensité.
JE VEUX Y ARRIVER pour moi, pour mes enfants et pour clouer le bec à ceux qui ont dit que je n'en n'étais pas capable, surtout 7 semaines après le MDP.
J'active donc toutes les images positives qui me viennent à l'esprit pour donner de la force à ma tête et surtout à mes jambes !!! 
Je revois mon fils aîné courant tout joufflu dans la lande bretonne lorsqu'il était petit, lors de nos dernières vacances passées sur les terres bretonnes.
NE RIEN LÂCHER !!!
À mon grand regret, le parcours s'est un peu éloigné de la mer depuis quelques kilomètres, mais la campagne bretonne est très belle et nous traversons de jolis villages bretons où le public nombreux nous encourage et nous acclame.
Et puis surtout, nous voyons de mieux en mieux le Mont St Michel, qui grossi et se rapproche au fil des kilomètres.
Juste après le km 40, une arche nous indique que nous entrons dans le département de La Manche !!! Ben oui, le Mont St Michel se situe bien en Normandie comme on nous l'a rappelé sur nos dossards.
Km 41 : je sens une énergie particulière s'emparer de mes jambes et je reviens d'un coup à une allure comprise entre 5,30 et 5,35 au kilo.
C'est fou comme ce dernier kilomètre peut être magique sur un marathon. Notre corps et notre esprit savent-ils si bien que c'est la fin pour nous donner suffisamment d'énergie pour aller gratter quelques secondes supplémentaires.
Comme toujours les derniers mètres sont magiques, quelques instants d'éternité et de bonheur extrême, sous les acclamations du public avec en plus le tapis rouge sous l'arche d'arrivée !!!
3h57'49"





JE L'AI FAIT !!! Je suis enfin passée sous le seuil fatidique des 4h !!! 
Mon côté insatiable dira que ça aurait pu être mieux si j'avais été plus raisonnable lors de ma course mais vu que c'est entièrement de ma faute, j'attendrai pour l'auto-flagellation et savoure mon arrivée? mon chrono et la vue sublime sur le Mont St Michel.
Je récupère la magnifique médaille bien méritée et l'offre à mes Asics pour les remercier de leur beau travail. On ne pense pas assez souvent à remercier nos chaussures qui font quand même une grosse partie du boulot (sauf pour les runners barefoot bien sur !!!) 



Quel super souvenir que ce 3ème Marathon lors d'un super week-end plein de belles images et de belles rencontres runnesques.
Dire qu'il faut que j'attende 4 mois avant de courir mon prochain à Bruxelles !!!


10 km pour l'échauffement 
20 km pour le plaisir
10 km pour se dépasser
2 km pour se surpasser
195 m d'émotions pures 
42,195 KM DE SOUVENIRS 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez surement ceux-ci :

 
Vos commentaires
Veronique76

@Veronique76

Super CR avec de belles photos , une fois fini de le lire on a tout d abord l impression d avoir couru à tes côtés et après on a juste envie de s inscrire au prochain marathon du Mont St Michel
26 May
Eug0110

@Eug0110

@Veronique76 D'ailleurs, les inscriptions pour 2015 sont déjà ouvertes !!! Merci pour ton commentaire
26 May
BrennigNews

@BrennigNews

Magnifique CR Eugénie. Encore bravo à toi pour ce chrono mais surtout on sent que tu as vécu ce marathon avec délectation, et on savoure avec toi! Ce récit parle beaucoup à la bretonne que je suis! Bises
27 May
micheldulux

@micheldulux

Très beau CR, bien écrits du début de ton aventure jusqu'au prologue. Sans parler de la performance sportive .Bravo
27 May
Mat_cha_co

@Mat_cha_co

Tu donnes tellement envie de le faire que tu devrais te faire sponsoriser pour ton prochain marathon en leur vantant tes qualités de narratrice. Bravo pour la performance et merci pour les photo et le récit.
29 May
Eug0110

@Eug0110

@BrennigNews @micheldulux @ Mat_cha_co Merci
29 May
NicolasLuchez

@NicolasLuchez

Hello ! Bravo pour ton résumé (très bien écrit) et bien sur pour ta magnifique performance. Tu m'as définitivement convaincu : je songeais un jour à participer à cette course, je serai donc probablement présent pour l'édition 2015. Cela me servira de prétexte pour partir en WE à Saint Malo en famille (on adore cette ville). Merci de me motiver encore + !
29 May

Les bonnes affaires

Passer une annonce gratuite sur notre service de petites annonces, vêtements et de matériels sportifs. Vous pourrez également trouver votre bonheur parmi nos annonces.
Annonces

Les blogs certifiés

Pour le simple plaisir du running, la Team RunHappy France Running a choisi de sélectionner pour vous les blogs qui nous ont le plus marqués. !!!
Catégories