ZPatMan

Paris, tout une histoire!

MDP2016

À propos de l'auteur

Comme beaucoup, j'ai commencé le running quand un beau jour d'octobre 2012, je suis monté sur la balance et celle-ci s'est bien fichue de moi en me montrant 99,8 kg. Impossible de passer à 3 numéro à gauche de la virgule => on commence le running. N'y connaissant rien, et ne pratiquant que peu de sport à l'époque, un paire d'Asics Patriot me fera l'affaire pendant quelques moi, le temps d'y...

 

 PORTRAIT DE LA SEMAINE

ZPatMan.jpg

Mon portrait

Le Running, un beau jour d'octobre 2012... ...
Lire la suite...

ZPatMan

Message @ZPatMan
Paris, tout une histoire! - Mon Compte-Rendu du running

PARIS, TOUT UNE HISTOIRE!

Ce MDP 2016 aura tenu son lot de bonheur et de frustration!

Il a véritablement commencé en Septembre 2015. Après un marathon de Rennes 2015 qui s'est très bien passé (RP au passage malgré une prépa de 8 semaines amputée des semaines 5 et 6), des ailes ont dû me pousser à vouloir aller chercher un RP audacieux sur ce MDP. L'inscription se ferait donc dans le sas de 3h15 (!!). Il faut dire qu'à l'époque, j'étais à 4 sorties pas semaine, un 7,2 km de la RMC RunTonic sur les bases des 40' au 10km, bref, une forme presque olympique.

Puis arriva ma première blessure (déchirure du mollet droit) en Novembre suite à une reprise beaucoup trop intense et mal gérée.
Le choix des chaussures fut malheureux (j'ai voulu tester les Pearl Izumi, après avoir lu beaucoup de test sur les pages US qui en disaient du bien), mais assumé.

La charge au boulot et l'embonpoint hivernal allaient me contraindre à être plus réaliste dans l'abordage de ce MDP, et très tôt je me suis dit que l'objectif serait revu à l'heure de retrait du dossard.

J'ai eu le plaisir d'amener un pote sur son premier marathon, de lui faire faire un entrainement relativement sérieux, mais pas suffisant niveau quantitatif. Nous avons malgré tout réalisé 10 semaines d'entrainement très sympa, avec beaucoup d'échanges et de découverte de l'effort pour lui, de remise en question pour moi.

La dernière sortie longue de la prépa m'aura rassuré en me disant que ce ne serait pas le "pire" marathon de ma vie, mais que la perf serait quasiment impossible. Je me suis donc rangé dans le sas 3h45 pour aller chercher un temps me challengeant un maximum.

Ce dimanche 03/04/2016 fut une belle journée. Tout se déroula comme il faut au début. Belle organisation en fonction des événements récents sur Paris, un sentiment de sécurité qui a permis de faire abstraction du risque potentiel et dédier toutes mes pensées à ce parcourt que je foulerais pour la 3ème fois!
Mon poulain était en forme, moi un peu moins, mais je sais que sur un marathon, ce n'est pas la peine de vouloir chercher des signes avant coureur de forme avant d'avoir fait quelques kilomètres.

Tout est prêt, le sas est animé mais sérieux, et j'ai croisé comme d'habitude des brésiliens pleins de bonne humeur (note: j'admire ces gens qui se tapent 10000 km pour venir faire un marathon, et me dit que j'ai vraiment de la chance d'y être!).

C'est parti!

Les premiers km se passent tout en gestion sur les bases du 3h45. On profite des rues de Paris comme il se doit et discutons des coureurs autour de nous.
Après les 10 premiers km, je sens malgré tout que la forme physique a du mal à être au RDV. J'espère un mieux rapidement, sinon.........

Première anicroche: mon brassard pour le téléphone qui se rompt! (Merci @JabraFR je vous ai maudit quelques minutes!). Heureusement, j'avais la banane MDP2015 avec moi qui m'a permis de ranger le téléphone rapidement sans que cela soit un véritable problème.
KM 14, j'ai les jambes lourdes, et du haut de mes 3 précédents marathon, je sais d'ores et déjà que je ne pourrai pas maintenir ce rythme jusqu'au bout. Que dois-je faire...? Essayer de faire un sub 4h00, être un lièvre au maximum pour mon poulain, en profiter et assurer le passage de la ligne d'arrivée tant attendue?
Ce sera la 3ème option, mon poulain se sentant en super forme, et la raison m'indiquant qu'il faut aussi savoir prendre du plaisir!
Je me décide donc à maintenir le rythme de 5'20" tant que je peux, sans forcer et de profiter de tout ce que cette magnifique citée a à m'offrir: un public magnifique, des passages historiques, des coureurs du monde entier! Pour éviter de me mettre dans le rouge, je décide de récupérer en marchant à chaque ravito, et surtout de remercier tous les bénévoles que je croiserai! Mais je m'oblige à courir le reste du temps (j'ai pas fait 10 semaines d'entraînement pour rien!!!).
Je profite, je kiffe, je regarde, j'apprécie. On a vraiment de la chance les gars! Tant pis pour la perf, elle ne sera vraiment pas au rdv, mais je veux cette satisfaction d'aller au bout. Je recroise même un des brésiliens sur les quais (62 ans, 32ème marathon, total respect) qui essaie en vain de me tirer un peu. Je le laisserai faire sa course. Les casses pattes, je les gère, les enfants, je leur fais des checks, les gens qui m'encourage, je les remercie! Bref, beaucoup de bonheur.
La machine va bien ,même si elle ne me permet pas d'être au rythme que j'aurais voulu. Avant l'arrivée de crampe dévastatrice, des étirements en regardant la tour Eiffel, ça le fait.
Puis vient le moment ou le mental doit prendre le dessus. Les premiers coureurs qui tombent, que le SAMU prend en charge, qui titubent viennent parsemer le parcourt. Je n'en serai pas!
La fin sera une apothéose! Quelle ambiance mes aïeux! Merci au public!

A l'heure à laquelle nous devrions passer la ligne si nous avions maintenu notre rythme, je passe un rapide coup de téléphone à mon poulain en espérant qu'il l'aura fait, mais je découvre que je l'ai dépassé sans l'avoir vu et qu'il est 1km derrière moi. J'essaie de le rassurer tant bien que mal et lui donne RDV à l'arrivée!

Je continue mon effort, et tant qu'à en profiter, autant en garder des souvenirs. je sors le téléphone, et décide de me filmer sur les derniers 250 mètres. HAHAHA, quel état!

Je suis une fois de plus marathonien à Paris, cette fois en 4h17, mais le temps a moins d'importance. Je suis entier. Je suis relativement bien, pas de douleur, d'ampoule ou quoi que ce soit. Du bonheur en barre, comme j'en avais rarement eu sur mes autres marathons!

Je retrouverai mon poulain qui aura bouclé son premier marathon en 4h27, respect!!! Il aura été puisé dans le mental ce qui lui a manqué en physique pour aller au bout et je suis fier de lui. J'ai filmé la remise de médaille, bref que de magnifiques souvenirs!

Une grosse pensée pour celui qui nous a permis de nous inscrire, les coups de téléphones / sms à la famille, et je me pose pour réaliser que même si c'est un temps très moyen, c'est sûrement le marathon ou j'ai le plus pris de plaisir.

Et l'idée de remettre ça l'année prochaine me titille déjà ;)
Paris, tout une histoire! RunHappy-France-Running

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez surement ceux-ci :

 
Vos commentaires
STEFABK6

@STEFABK6

Même impression : déception sportive mais le plus beau marathon de Paris que j'ai fait ! Que du bonheur. Bravo pour la course et pour l'humilité dont vous avez fait preuve.
04 Dec
ZPatMan

@ZPatMan

Merci Stef! je ne désespère de faire un RP sur ce parcourt magnifique! un peu plus de fraicheur, un meilleur entrainement (tout du moins, plus sérieux) et cela devrait le faire!
04 Dec

Les bonnes affaires

Passer une annonce gratuite sur notre service de petites annonces, vêtements et de matériels sportifs. Vous pourrez également trouver votre bonheur parmi nos annonces.
Annonces

Les blogs certifiés

Pour le simple plaisir du running, la Team RunHappy France Running a choisi de sélectionner pour vous les blogs qui nous ont le plus marqués. !!!
Catégories